Essence-I-Elles

Essence-I-Elles

Le triangle dramatique ou triangle de Karpman

 

 

 

 

 

 

C’est un moyen d’analyser et de comprendre ce qui se passe en cas de conflits entre 2 ou plusieurs personnes.

 

Les jeux psychologiques.

Ils sont au centre de la théorie de Berne et de l’Analyse Transactionnelle, il a fait paraître un livre en 1964 dont le titre en français est : « Des jeux et des hommes ». Ce livre a connu un grand succès qui a lancé l’analyse transactionnelle dans le monde entier.

 

Le point de départ de Berne est de tenter d’analyser les conflits entre des personnes, comme une série de coups prévisible, et dans ce jeu chaque protagoniste a un rôle. Le dénouement est toujours le même, avec un résultat prévisible.

 

Pour Karpman, les protagonistes se trouvent dans un triangle qu’il a appelé le triangle dramatique. Les 3 positions de ce triangle sont : Victime, Persécuteur et Sauveteur.

Les joueurs lors d’un conflit entrent en scène dans une certaine position, puis au coup de théâtre peuvent changer de rôle dans le triangle. Par exemplela Victime devient Persécuteur, le Sauveteur devient Victime ou Persécuteur, et le Persécuteur Victime.

 

 

 

 

Le Persécuteur rabaisse, méprise, persécute, humilie, blesse

C’est l’attitude d’une personne sévère, rigide qui exige des autres des actions trop difficile à appliquer, inutiles ou humiliantes

Il est dans le Parent Normatif négatif, il a une position de vie +/-, je suis ok, les autres ne sont pas ok

 

 

Le Sauveteur surprotège, étouffe, infantilise, maintient dépendant

C’est l’attitude d’une personne qui veut aider les autres et arranger les choses alors qu’elle n’en est pas réellement chargée

Il est dans le Parent Nourricier négatif, il a une position de vie +/-, je suis ok, les autres ne sont pas ok ou -/+

 

 

La Victime se dévalorise, se vit impuissant, se voit mauvais, se sent incapable, appelle les coups.

Elle est soit malheureuse, soit provocatrice. C’est l’attitude d’une personne qui se sent brimée, défaitiste, confuse et sans ressources

Elle a une position de vie -/+ je ne suis pas ok, les autres sont ok ou -/- je ne suis pas ok, les autres ne sont pas ok

 

 

 

 Exemple

 

Véronique gérante d’un magasin ne parle plus beaucoup à Marguerite l’une de ses employées âgées d’une cinquantaine d’années.  La plupart du temps elle l’ignore ou lorsqu’elle lui adresse la parole, c’est pour lui faire des reproches : « Tu n’as pas encore finit de ranger ton rayon, il faudrait que tu travailles plus rapidement ».  

Marguerite se plaint auprès de ses collègues de cette situation dans laquelle elle se sent incomprise.

Regula tout particulièrement trouve cela injuste et décide d'en parler à Véronique : « Marguerite ne se sent pas bien, elle a l’impression que tu l’ignores, elle ne peux pas avoir le même rythme de travail qu’une personne de 20 ans, c’est normal… » Véronique ne l’écoute pas…

 

Après quelques mois Marguerite donne son congé . Lorsque son dernier jour de travail arrive, elle va dans le bureau de Véronique pour lui dire ses quatre vérités : « ton comportement est petit, tu dois à chaque fois te trouver un bouc émissaire. Depuis que je travaille ici tu as toujours eu un mouton noir et plusieurs personnes ont quitté leur poste à cause de cela. Tu as intérêt à ne plus léser une autre employée de la sorte sinon je vais en parler à la direction ». Véronique est livide, elle est dans ses petits souliers.

 

 

 

Au départ Véronique est dans le rôle de Persécuteur et Margueritela Victime.Regula est le Sauveteur. Après le coup de théâtre Marguerite est dans le rôle du Persécuteur et Véronique dans celui de la Victime.

 

 

 

Les bénéfices du jeu

 

Le bénéfice de Véronique est le renforcement de sa position de vie, je suis OK, l’autre n’est pas OK et de sa croyance « dans ce magasin je suis celle qui travaille le plus efficacement et rapidement, les autres ne sont pas à la hauteur».

 

Pour Marguerite renforcement de sa position de vie je suis non OK, l’autre est Ok et de sa croyance, « même si je fais mon maximum, je ne suis pas à la hauteur de ce que l’on attend de moi » 

 

Pour Regula le renforcement de sa position de vie je suis Ok, l’autre est non OK, et de sa croyance « l’autre ne peut s’en sortir tout seul et a besoin de mon aide».

 

Les croyances scénariques sont des méconnaissances qui ne sont plus adaptées à la situation présente,

Marguerite a accumulé une grande quantité de timbres qu’elle a pu « libérer » lors de sa grande colère le jour de son départ.

Marguerite et Véronique ont obtenus une provision intense de strokes ou signes de reconnaissance

 

 

 

 

 

Comment éviter de jouer ?

 

1. Prendre conscience du jeu

 

2. Ignorer le jeu

 

 

 

Pour ne pas entrer dans le rôle de Sauveteur, on peut se poser 4 questions qui définissent le rôle du Sauveteur

 

  1. Est-ce que je réponds à une demande faite clairement ?
  2. Ai-je les compétences pour aider cette personne ?
  3. Est-ce que je fais plus de 50% du travail ? Ou est-ce que la personne fait sa part ?
  4. Ai-je envie de faire ce que l’on me demande

 

 

 

Pour ne pas entrer dans le rôle de persécuteur, se poser ces 3 questions :

 

  1. Quand je dis cela suis-je agressif ?
  2. Quel est mon but en disant cela ?
  3. Vais-je atteindre mon but en m’exprimant de cette façon ?

 

Pour sortir du triangle, transformer une plainte en une demande, ne plus faire de plainte mais des demandes.

 

 

 

 Pour aller plus loin: Le triangle du gagnant d'Acey Choy: 

 

 http://essence-i-elles.blog4ever.com/blog/lire-article-426732-5828749-le_triangle_du_gagnant.html

 

 

 

 



10/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser